Wednesday, March 21, 2007

Le pouding chômeur pas si chômeur que ça...


S'il fait très froid ou si la journée au bureau a été particulièrement éprouvante, ou alors lorsque les enfants se sont comportés de façon particulièrement difficile pour nos nerfs, je sais que le pouding chômeur va le réconforter. C'est son gâteau préféré.

Il ne cuisine presque pas. Il ne sait pas trop le faire et surtout, il n'a pas envie/n'est pas intéressé par ça. Il passe l'aspirateur, je fais la lessive. Il range le salon, je nettoie la salle de bain. Il sort les poubelles, je change les draps. Il fait la vaisselle, je cuisine... Comme dans beaucoup de vieux couples complices, l'équilibre entre nous s'est créé spontanément. Cuisiner est passionnant pour moi. Je ne me sens donc pas frustrée par son manque d'intérêt en la matière et lui ne se plaint pas de me voir accaparer chaudrons et spatules.

Sauf que... Pour le pouding chômeur c'est différent. Cet homme qui ne cuisine que s'il s'agit d'une question de vie ou de mort a pris plaisir à me regarder le préparer. Puis il a proposé son aide, comme ça, l'air de rien. J'ai failli tomber à la renverse !!! Ok, il peut m'aider. "Tiens fais le sirop alors. C'est 2 tasses de sucre brun et deux tasses d'eau, dans la casserole moyenne... Non, tassé le sucre brun... Oui, c'est ça, il faut vraiment le tasser dans la tasse à mesurer... Pas la peine de remuer tout le temps, laisse le tranquille le sirop. Ah mais non, la vanille c'est à la fin, quand tu ôte la casserole du feu...."

"Tu sais quoi Zou ? Je pense que ce serait vraiment bon avec des pécans, tu sais, dans le sirop... Ça serait écoeurant non ?"

"Ben voyons! Il ne serait plus trop chômeur ton pouding avec des pécans. Dans le congélateur, l'étagère dans la porte, à gauche... Tu va voir il y a un sac de pécans..."

Trois fois qu'il m'aide à préparer son comfort-food favori et trois fois qu'il me suggère des modifications de la recette et trois fois que le pouding chômeur de base s'améliore de quelques coches. Je me demande ce que ça donnerait s'il cuisinait pour de bon. Que deviendrait la sauce alfredo s'il la cuisinait vraiment au lieu de la faire à partir d'un sachet de poudre "ajoutez-du-lait-et-mijoter-3-minutes-sans- cesser-de-remuer" ? Et comment seraient ses fèves s'il décidait qu'il fallait qu'il participe à leur préparation ? Et que dire d'une sauce à spaguetti à laquelle il se serait intéressé ?

En plus de la suggestion de noix de pécan, il me dit avoir vu quelque part que c'est mieux de verser la pâte à gâteau dans le moule puis la recouvrir du sirop, et non l'inverse. Et c'est vrai. La différence est notable. J'y suis allée de mes propres changements pour ce classique de la pâtisserie traditionnelle québécoise. J'ajoute dans le sirop, en même temps que la vanille, une cuillère à café d'extrait de sirop d'érable. Et pour un gâteau moelleux tout en conservant un sirop de sucre juste bien épaissi, je fais dorer la surface au broil (fonction grill) du four, obtenant ainsi un beau gâteau tout en évitant que son coeur ne soit desséché par une cuisson trop longue.

Malik, mon petit gars de 6 ans, m'a dit hier que c'est le meilleur pouding chômeur qu'il ait jamais mangé. Même venant d'un très jeune homme, c'est tout un compliment pour une québécoise d'adoption et son mari qui ne cuisine pas.

Le gâteau

1.5 tasses (240 g) de farine
1 cuillère à thé de levure chimique
1/4 de tasse (60 g) de beurre mou
1 tasse et 3/4 (180 g) de sucre
1 oeuf
2 cuillères à café d'extrait de vanille liquide
250 ml (25 cl - 1 tasse) de lait (j'utilise du lait de soya à la vanille pour un gâteau bien tendre)
Quelques noix de pécan (facultatif)

Le sirop

400 g de sucre brun (cassonade, ici au Québec elle est légèrement humide)
1/2 litre (2 tasses, 500 ml) d'eau
1 cuillère à table de beurre
2 cuillères à thé d'extrait de vanille liquide
1 cuillère à thé d'extrait de sirop d'érable (facultatif)


Pré-chauffer le four à 350ºF (175ºC). Beurrer un moule à gratin ou moule d'à peu près les mêmes dimensions qu'un moule à gratin.

Tamiser ensemble la farine et la levure chimique

Dans un bol fouetter ensemble le sucre, la vanille et le beurre. Ajouter l'oeuf et bien incorporer.

Incorporer tour à tour un tiers de farine et une moitié de lait, puis recommencer jusqu'à épuisement des ingrédients, en s'assurant de commencer et finir par la farine.

Verser la pâte dans le moule beurré. Disposer dessus les noix de pécan si désiré.



Mettre tous les ingrédients sauf la vanille et l'extrait d'érable dans une casserole. Porter à ébullition, remuer pour dissoudre le sucre puis ôter du feu. Ajouter la vanille et l'extrait d'érable. Verser le sirop encore brûlant sur la pâte dans le moule.


Poser le moule sur une plaque à biscuits (juste au cas où ça déborderait dans le four) et enfourner 20 minutes. Au bout de 10 minutes, vous verrez que le gâteau est remonté par-dessus le sirop comme sur la photo suivante prise dans mon four.


Après les 20 minutes de cuisson, si le gâteau n'a pas doré sur le dessus, l'ouvrir légèrement au milieu du moule à l'aide d'une fourchette pour voir si l'intérieur est cuit. Si c'est le cas, passer à la fonction grill du four pour le forcer à dorer. Il faut surveiller, ça va très vite pour obtenir une belle couleur miel sur le dessus du pouding chômeur.


Ôter du four et laisser refroidir ou tiédir avant de déguster. Servir de la même manière qu'on servirait un gratin car ce gâteau ne se démoule pas. Pour les très gourmands, le déguster tiède avec une boule de crème glacée à la vanille.

12 commentaires:

Minouchkah said...

Wawouuuuu, j'ai pris des calories rien qu'en lisant la recette ;-) tant pis je les aime bien ces calories!

Très appétissant, un peu lourd ma foi mais là encore y a pas de souci ;-)

Zoubida said...

Bonjour Minouchka.
Lourd? Je ne suis pas sûre avec seulement 70 g de beurre pour servir 8 à 10 personnes. Je dirai plutôt sucré. ;-) Mais si on compare à un bon tiramisu, je ne gagerai pas du gagnant, le tiramisu cependant bien plus riche en gras. Tu as bien raison d'aimer les calories de temps en temps. Avec nos dernières semaines souvent autour de moins 20ºC et même plus bas, on les aime aussi ces calories.

Naouel said...

A fondre de plaisir, faudrait que je le teste un jour ou l'autre.

sylvette said...

pour l'avoir testé ton pudding je sais qu'il est délicieux et rien qu'en lisant ton commentaire et en voyant tes photos je salive et le bon gout de ce gateau revient me titiller les papilles il ne faudrait pas trop insister pour que je le refasse de suite
la prochaine fois je fais avec les pacanes sur ! sur ! sur ! c'est ton mari qiui as raison : c'est meilleur ( je ne doute pas de ses gouts tu vois )

grignote et barbotine said...

Tes photos m'auraient bien aidées la première fois que j'ai réalisé cette merveille.
C'est une tuerie !

Zoubida said...

@ Naoual, c'est un classique incontournable d'ici. Il faut le goûter au moins une fois.

@ Sylvette, tu as vu que j'ai fais quelques petites modifications depuis que tu as testé la recette? Nous trouvons que ça améliore encore la qualité du pouding chômeur.

@ Grignote et Barbotine, eh bien je suis bien contente d'avoir pu t'aider pour la prochaine fois que tu en fais :-))

sylvette said...

oui ZOU j'avais vu et je reviendrai en temps voulu sur ton blog piquer gentiment ta nouvelle recette
bon WE

celine said...

Tes photos me font rêver ... quelle splendeur ton Pudding Chômeur ! C'est un dessert dont je rafolle, il va vraiment falloir que je teste au plus tot ta version qui ma l'air vraiment sublime ... Ca me fera oublier l'espace de quelques cuillèrées l'horrible pluie alsacienne qui ne nous lache plus depuis une semaine :-) Merci Zoubida pour tes sublimes recettes tout en photos ! quel plaisir de venir te lire !

tarzile said...

Quelle gourmandise! Les pécans nous éloignent du supposé chômeur. Mais nous rapprochent du nirvana.

Zoubida said...

@Céline, rien de tel qu'un pouding chômeur pour réconforter du blues du mauvais temps. Tu m'en donnera des nouvelles...

@Tarzille, pourrions-nous seulement vivre sans pécans ? Oui, probablement, mais ce serait aussi triste que sans chocolat.

renardgourmande said...

Tu as raison pour le sirop. Traditionnellement, et pour le meilleur résultat, on verse le sirop bouillant sur le dessus. Il cuit alors la pâte un peu en se faisant un chemin vers le fond où il devient d'une onctuosité....comme tu vois, je suis fan du pouding chômeuré Et ne t'en fais pas pour la québécoise d'adoption....les adoptifs surpassent souvent les purs laine, comme en grammaire, à ce qu'ils apprennent sur le tard et ne prennent rien pour acquis. J'aime bien ton blogue. J'y reviendrai souvent!

Anonymous said...

miammmmmmmmm ca ma lair de pouding moi je men vais aussitot le faire je ten redonne des nouvelles.........